Ségolène 2007 - 2012

I blog, you blog, she Blogs




29 mars 2006

Ségolène reste la seule

Vous l’avez sans doute remarqué mais il n’y plus que très peu d’articles qui paraissent dans ce blog. D’une part par manque de temps et d’autre part par overdose. Du Ségolène t’en veux ? Il suffit de cliquer t’en a des tonnes. Qu’est ce que je pourrais bien apporter de plus par rapport à ce qui se lit partout ailleurs ?

Maintenant que chacun a choisi son camp, il ne reste plus que deux discours, le pro et l’anti Ségo. Tout le monde écrit les mêmes entrées, les mêmes articles. A les parcourir, je relis les mêmes informations cent fois remâchées, les mêmes arguments, les mêmes prises de position. Pas une qui ne fasse preuve d’originalité, à part celles de Miniquiche sur ce même blog, qui ferait bien d’écrire plus souvent à mon avis. Pour le reste, c’est du flan.

De la même manière que je n'ai pas le temps d'écrire sur ce blog, je n'avais plus le temps de m'occuper du forum. J'avais déjà enlevé le lien qui y menait, je l'ai effacé ce qui en restait. Pourquoi ? Parce que les internautes sont incapables de garder un lieu propre s'ils ne sont pas constamment fliqués. Les dérives sont immédiates. Les injures pleuvent, le règne de l'intolérance arrive. Personne ne s'écoute, tout le monde soupçonne tout le monde d'infâmie. C'est écoeurant à vomir.

J’ai été faire un tour sur le site officiel de Ségolène au début, comme tout le monde. Je me suis même inscrit à la newsletter (ou peut-être fallait-il s’inscrire pour pouvoir lire ce qui s’y disait, je ne me souviens plus) Il ne s’y passe rien d’autre que ce qui se passe sur les blogs et les forums. Des internautes discutent. Enfin, ils donnent leur opinion et tentent de convaincre tout le monde qu’ils ont raison. Bof. J’ai arrêté. Sans intérêt.

La seule que j’admire encore, c’est Ségolène. S’est-elle emballée de cette focalisation médiatique ? Non. En a-t-elle profité plus que de raison ? Non. Elle continue son chemin, avance à petit pas ; ce sont les plus sûrs. Cette semaine pour la première fois je crois, elle a commencé à égratigner Sarkozy (c’était en tout cas la première fois que les médias rapportaient une telle attaque, soit qu’avant ils fassent silence radio, soit qu’elle n’avait encore rien fait de ce côté-là) Sinon, elle garde sa ligne de conduite, elle trace sa route. Elle aurait bien tort de dévoiler trop tôt son programme.

Quant à moi, j’ai fini par m’inscrire au PS pour pouvoir l’élire au poste de candidate. Il est peut-être déjà trop tard pour vous inscrire à temps pour pouvoir voter. Renseignez-vous.

Posté par Numa à 18:43 - Infos - Commentaires [13] - Permalien [#]

Commentaires

    Sur le web comme dans la vie en générale, l'absence de règle et de gardiens de la règle est impossible. L'autogestion est une douce utopie sans intégration par chacun de la contrainte ou plutôt du contrôle. L'auto-contrainte, c'est la norme intégrée dans un espace social ou la protection de l'identité est moindre que sur un forum. Il faut être réaliste et ne pas croire que du Chaos nait autre chose que le chaos, le désordre et la barbarie. C'est pour cela à mon sens que vous ne devez pas en vouloir aux internautes.

    De plus, on a jamais tout dit sur un sujet, il existe mille manière encore de le dire. La connaissance est infinie puisque c'est une partie du vivant qui en étudie une autre, dit un philosophe alors la manière de le dire est encore moins finie.

    bien à vous,

    Posté par sam, 30 mars 2006 à 18:54
  • balle au centre !

    Désolée de vous contredire mais personnellement, ni pro ni anti, je n'ai pas encore fait mon choix entre Ségo et Sarko !
    Etre pro- ou anti-, c'est d'un ennuyeux et d'un triste ! Visitez plutôt http://balle-au-centre.hautetfort.com/ >> le match sémantique Ségo-Sarko arbitré par un prof de français !

    Posté par Gabrielle, 31 mars 2006 à 23:45
  • Sam> Voilà un constat bien amer...

    Gabrielle> Je suis allé lire. Bon courage pour la suite.

    Posté par Manu, 01 avril 2006 à 10:09
  • Etre Serieuse !

    Je suis une simple sympathisante socialiste, et j'avais jusqu'à la semaine dernière beaucoup de sympathie pour la démarche de Mme Royal, et l'intention de voter pour elle en 2007.

    La semaine dernière j'ai suivi de prêt, et, au départ, avec un intérêt croissant, les apparitions médiatiques de Mme Royal afin de me conforter dans ma conviction.

    Et là... Déconvenue totale !

    Toutes ces remarques désobligentes à l'encontre de Mme Royal de la part des éléphants socialistes, que je pensais seulement machistes, se sont révélées fondées !

    Quel choc !

    Oui, quel choc, en lisant en milieu de semaine dernière que pour mon ex-candidate préférée, la solution à la crise de la filière avicole était, je cite: "d'inviter tous les français à manger 2 poulets par semaine" !

    Quel choc encore, lorsque sur france inter, à la question "quelles seraient vos premieres mesures fortes lors des 100 premiers jours de mandat si vous étiez élus presidentes de la république ?", Mme Royal a répondu: "la gratuité du permi de conduire pour les jeunes" et "faciliter l'accès aux contraceptifs" !

    Mon Dieu ! Que de légéreté ! Que d'inconséquence ! Quelle abscence de pensée, de proposition, de vision !

    Et quelle surprise ! Les éléphants socialistes n'ont donc pas toujours tort !

    Adieu donc, Mme Royal ! Et j'espère pour les socialistes, et avant tout pour Français, que vous ne serez jamais désignée, ni jamais élue !

    Une "ex-segoleniste" qui s'est heurtée à la réalité de l'inconséquence politique de Mme Royal !

    Posté par Ecoeurée !, 03 avril 2006 à 15:57
  • Entre Ségo et Sarko !

    Il faut en finir avec cette bagarre gauche droite, des programmes et des idées sérieuses, certainement trop révolutionnaires reste dans l'ombre, c'est bien dommage...
    A consulter le site CAP21 de Corinne Lepage, ah! elle n'a peut être pas le look, mais elle ne cherche pas à se vendre, simplement à proposer une politique responsable.

    www.cap21.net

    http://cap21-rhone-alpes.over-blog.com/article-2214880.html


    Voici sa CHARTE DES VALEURS

    Les adhérents de CAP 21 affirment dans la présente Charte les valeurs qui fondent leur appartenance à CAP 21 et guident leur action politique.

    CAP 21 est un mouvement politique écologiste humaniste et citoyen, issu de la société civile, qui s’inscrit résolument dans le respect des principes républicains et démocratiques.

    Les valeurs défendues par CAP 21 autour desquelles le mouvement souhaite fédérer l’ensemble des citoyens qui y souscrivent sont les suivantes :

    1 l’Homme et la Nature sont au cœur des préoccupations

    La protection durable de la vie humaine et de la biodiversité doit être la priorité de l’action.
    La dégradation croissante des milieux naturels terrestres et aquatiques, les pollutions chimiques et génétiques, l’effet de serre, la réduction dramatique de la biodiversité, l'épuisement des ressources qui s’ajoutent aux risques naturels constituent autant de menaces qui finissent par peser sur la survie de l’Humanité elle-même.
    Nos sociétés ne connaîtront de développement pérenne qu’en changeant profondément de modes de fonctionnement. Elles ne peuvent ignorer les conséquences écologiques et sociales de leur développement. Il ne s’agit évidemment pas d’atteindre le risque zéro mais bien de placer l’Homme et son épanouissement comme but premier de toute politique en opposition à celles qui ignorent ou minimisent les conséquences écologiques et sociales qu'elles génèrent. Toutes les autres valeurs en découlent.

    2 Les notions d’éthique et de responsabilité doivent être placées au cœur de l’économie de marché

    Les êtres humains ont des droits inaliénables : droit à la vie, de fonder une famille, droit de l’autonomie des choix de conscience, liberté de croire, liberté de penser, droit d’association, droit de participer à la vie publique, liberté d’entreprendre…
    CAP 21 est attaché à cette liberté d'entreprise, à la reconnaissance de l'effort et de l'initiative.
    Mais la logique libérale, dont la vocation est de garantir aux individus le respect de leurs libertés fondamentales ne peut pas fonctionner correctement si la notion de responsabilité n’est pas au cœur de la vie sociétale. Qu'il s'agisse de la culture, de l'environnement, de la santé publique, du système de protection sociale, de la qualité de la vie personnelle et professionnelle, l'ensemble des éléments qui doivent permettre à chaque individu de s'épanouir, d'exprimer son talent, d'entreprendre est mis en péril par la seule logique de la rentabilité économique et/ou financière. Il est ainsi nié à l'individu le droit le plus élémentaire, à savoir le libre choix sur le cours de son existence.
    Dans une économie de marché respectueuse de la notion de responsabilité, les torts et préjudices occasionnés par les acteurs économiques qui créent des risques pour la qualité de la vie des citoyens doivent être sanctionnés et réparés. Les services publics d'intérêt général (éducation, culture, santé...) doivent faire l'objet de mesures de protection spécifiques pour garantir l'égalité des chances et des droits. Un danger plus préoccupant encore menace nos sociétés : l'absence d'éthique qui gangrène les sphères politico-financières de la planète.
    En s'appuyant sur le droit et la démocratie, la Nation doit imposer aux acteurs politiques, économiques, financiers des mécanismes qui remettront les notions d'éthique et de responsabilité au cœur des comportements. La lutte contre la corruption et la criminalité qui constituent des menaces pour les démocraties doit être poursuivie sans répit.

    3 L'économie est un outil au service du développement durable

    Les ressources de la Terre doivent pouvoir subvenir aux besoins des générations présentes à condition que leur utilisation ne compromette pas la satisfaction des besoins des générations futures.
    Aujourd’hui, l'économie est basée sur l'utilisation illimitée de ressources naturelles, pourtant présentes en quantités finies. Or l'évolution démographique et l'émergence de nouveaux pays accroissent la pression sur ces ressources avec des conséquences écologiques et géostratégiques majeures : désertification, appauvrissement des sols, réchauffement climatique, disparition d'espèces, pollutions des sols, de l'eau et de l'air, accentuation des déséquilibres Nord-Sud....
    Tous ces signaux doivent nous faire comprendre que l'empreinte écologique de notre modèle de développement actuel nous conduit droit dans le mur : multiplication des catastrophes écologiques et humanitaires, mise en péril des générations futures.
    Il s'agit de construire une économie basée sur la réalité des ressources disponibles en développant les investissements dont le bénéfice écologique et social est au moins égal au bénéfice économique escompté. Il s'agit de mettre en place une véritable comptabilité environnementale qui oblige les entreprises à établir la vérité des prix.

    4 Le principe de précaution devient un principe d’action politique

    Le principe de précaution est un principe générateur d’action et non de refus du changement. Il ne conduit pas à l’immobilisme mais à une prudence salutaire en regard des risques encourus. Il protège le citoyen dans une vision active et positive du futur. Il appelle non seulement le changement dans les procédures de prise de décision mais aussi la valorisation d’autres critères de choix intégrant la préservation de l’être humain et de son environnement comme finalité. Il s’agit d’intégrer dès le départ les effets directs et indirects des décisions que l’on est amené à prendre, en particulier dans le champ de la santé et de l’environnement. Il s’agit de poser un regard nouveau devant la décision.

    5 Liberté, fraternité, égalité sont des valeurs réaffirmées

    CAP 21 défend une vraie conception républicaine de l'écologie où celle-ci est placée au cœur du contrat social. Nous devons promouvoir une société du développement durable basée sur le respect de la liberté, la fraternité et l'égalité. A la loi du plus fort, il faut opposer l'égalité des individus en dignité et le respect fraternel des différences, en particulier l'égalité et le respect hommes/femmes dans tous les actes de notre société. L'exigence de fraternité devient le principe régulateur pour arbitrer les conflits.

    La laïcité est affirmée comme rempart contre la montée des intégrismes, communautarismes, du racisme, de l'intolérance et de la violence. Pour être crédible et fraternelle, elle ne doit pas non plus comporter son propre intégrisme.

    6 La solidarité doit être affirmée face à l'exclusion

    Cap21 entend refuser les phénomènes de domination économique d’un ensemble de privilégiés sur une multitude d’exclus. Face à l'exclusion économique et à la pauvreté, la société doit exprimer sa solidarité par la reconnaissance du droit au logement, à la santé et au travail. Nul ne peut être exclu de sa participation au bien commun qui doit être réparti équitablement selon la capacité et la volonté de chacun à y participer. La solidarité a pour fondement la reconnaissance que tous les êtres sont égaux et qu’ils doivent vivre dans un esprit de fraternité.

    7 Le consommateur doit être acteur de la protection de la santé et de la défense de l'environnement

    Les effets des modes de production, de commercialisation et de consommation sont considérables pour l’être humain, la société et l’environnement à l’échelle de la planète.
    Il est donc indispensable que chacun(e) prenne conscience de ses responsabilités et de son rôle dans le circuit socio-économique, pour rester vigilant et peser à son niveau dans la recherche d’une société équitable et d’un environnement viable pour tous. Il s’agit également de peser sur les autres acteurs de façon à ce qu’ils en créent les conditions réelles et concrètes.
    Le consommateur n'est pas suffisamment acteur de ses choix en raison d'absence d'éducation à la consommation ou parce qu'il n'a pas ou peu d'alternatives à sa disposition. Agir par la consommation et agir pour consommer autrement constituent une réponse de citoyens à un monde économique et politique qui ne voit plus dans les êtres humains que des consommateurs, où la logique consumériste s’insinue dans la plupart des rapports sociaux.

    8 La mondialisation doit être régulée au bénéfice de l'Homme et de la Planète

    L’humanité entre dans un processus de globalisation ; elle ne peut plus se passer d’un code éthique commun.
    Le commerce international met en lumière des disparités profondes entre économies des pays développés et économies traditionnelles ainsi que la domination de grandes puissances sur les pays en développement.
    La globalisation des échanges ne peut s'établir sans la reconnaissance de l'existence de biens publics mondiaux dont la préservation requiert un effort soutenu de coopération entre les nations. Le libre-échange ne peut être étendu à tous les secteurs d'activité : la préservation de modèles agricoles et ruraux locaux, la défense de la diversité culturelle ou des services publics imposent des aménagements aux règles commerciales ordinaires. De plus, les politiques environnementales nationales doivent être complétées par une action internationale et multilatérale résolue en matière de protection de l'environnement.
    CAP 21 ne peut souscrire aux délocalisations qui, sous prétexte de maximisation des profits, sont une nouvelle forme d'exploitation des pays en développement. Cette pratique est condamnable non seulement sur le plan éthique, mais également en regard des consommations énergétiques injustifiées nécessaires aux transports des biens produits sur de longues distances. CAP 21 est, toutes les fois que c'est possible, pour le renforcement des circuits court de marchandises entre producteur et consommateur. Pour cela, CAP21 est favorable à la mise en place d'outils économiques, juridiques, fiscaux et d'incitation qui s'opposeront à certaines pratiques inacceptables.

    CAP 21 s'inscrit également dans la perspective d'une plus grande intégration européenne. L'Europe des peuples est aujourd'hui le seul moyen d'opposer un contre-pouvoir aux multinationales qui mènent une stratégie de compétition entre les Etats et de peser dans les cycles de négociations internationales pour défendre la prise en compte de critères environnementaux et sociaux.

    A cette réalité de la globalisation des échanges et de l'intégration économique, la France doit profondément réformer ses institutions : renforcement du rôle du Parlement, ministères de missions, approfondissement de la décentralisation,...

    9 Le sens de la démocratie doit être retrouvé

    L'action politique doit repartir du citoyen en mettant en oeuvre tous les moyens nécessaires à son information et son expression. Les droits à l'information, à l'éducation, à la culture doivent être assurés.
    Le rôle de la société civile doit être renforcé dans les processus préalables à la prise de décision : généralisation du rôle de la controverse, reconnaissance du travail des associations, financement des contre-expertises, référendums d'initiatives locales, conférences de consensus, charte de la concertation.....
    La société doit valoriser le rôle des associations dans la mise en œuvre de la démocratie participative.
    La démocratie sera une valeur promue également par les systèmes d’enseignement. Ils auront pour finalité d’apporter des connaissances connectées directement aux besoins du monde du travail, mais aussi de permettre à chacun de se prendre en charge et d’évoluer au cours de sa vie de travail.

    La démocratie sera, en effet, d’autant plus assurée que le droit au travail sera promu, que celui à un environnement sain sera effectif, que le droit de participer à la vie de l’entreprise sera reconnu en son sein et que la solidarité sera une valeur majeure de nos fonctionnements sociétaux.

    Posté par Espoir, 05 avril 2006 à 09:54
  • Je me permet ici de vous laisser l'adresse de mon site internet qui n'est pas un site partisan mais qui discute des propositions des candidats de la taxe tobin au contrat unique.

    http://aujourdhuienfrance.bbflash.net/index.forum

    Je serais heureux d'acceuillir des sympathisants de Ségolène ou de d'autres tendances pour qu'il me présente les propositions qui leurs sont chers. Je vois qu'une personne a été déçu des prises de positions de S. Royal. Pourquoi? Comment?

    J'espère que Numa va continuer son blog car il existe toujours mille et une manière de dire les choses, de dire ce que l'on attend de quelqu'un ou de quelquechose. Salvadore Allende disait qu'une élection est une histoire d'amour entre un peuple et un candidat.

    A très bientôt,

    sam

    Posté par sam, 05 avril 2006 à 18:26
  • Too much

    Over dose
    le matraquage que nous impose le plan média de la dame du Poitou laisse mal augurer de l'intelligence de sa campagne.

    C'est nous prendre pour des boeufs que de laisser croire que c'est pure coïncidence si 5 hebdo mettent cette semaine Mme Royal en couverture.

    Vu la vacuité du discours on n'a plus qu'à attendre que la bulle crève.

    Candide

    Posté par Candide, 08 avril 2006 à 10:06
  • Tous avec elle

    Allez Ségolène pour une France féministe et le retour des socialistes en 2007 ! Ces bourreaux d'ultra-libéraux ont assez coulé notre pays avec leurs magouilles et réformes capitalistes !

    Posté par Lorme, 12 avril 2006 à 13:16
  • Une France féministe? Non merci

    Une France d'égalité, oui. Une France féministe non merci. Si c'est pour avoir des pleurnichardes qui se plaignent tout le temps de tel ou tel pourcentage de femmes dans telle ou telle activité sans JAMAIS se soucier de l'inverse, non merci.Si c'est pour faire de la victimisation habituelle avec des chiffres farfelus, pitié, non merci.
    Les USA ont connu cette situation ( politique de quotas en tout genre : femmes noirs, chinois, latinos ) et qu'est ce que l'on remarque maintenant : un retour de bâton dû aux mouvements féminstes radicaux. Je n'ai pas envie d'un communautarisme sexué en plus de ceux que l'on connait déjà.

    Posté par Ixien, 12 avril 2006 à 15:28
  • Attention !

    L'emballement médiatique pour la futur candidate est hallucinant ! Comment peut on laisser penser qu'aujourd'hui les français sont prêts à élire aux plus hautes fonctions politiques une femme, qui plus est Ségolène Royale. Attention à ne pas refaire la même erreur qu'en 2002, car dans l'hypothèse d'un second tour Sarko/Ségo je crains qu'une majorité d'électeurs ne votent pour un homme... par habitude, par réflexe. La candidature ségolène est une candidature médiatique, et l'on connait l'éloignement entre nos élites médiatico-journalitisques et le corps électoral ! Il suffit de voir comment les Français pour les médias n'ont toujours pas compris qu'il fallait voter OUI lors du référemdum sur la constitution européenne... On la dis sans réseaux au sein du PS , mais je parie qu'elle saura fédérer les dissidents au sein de son équipe... Il y a toujours des opportunistes ! Elle souhaite faire de la politique autrement, soit pour la forme mais quid du fond ! Ses engagements précédents relevaient plus de la politique familliale que de la politique tout court ! Bercez vous de tendre illusions mais ne venez pleurer si Sarko est élu.

    Posté par Sophiane, 13 avril 2006 à 12:08
  • C'est ce qu'on appelle le soufflé du Poitou
    http://blues.blog.lemonde.fr

    Posté par virgile baret, 15 avril 2006 à 23:08
  • écoeurée elle a dit

    ben moi je ne suis pas écoeuré du tout des déclarations de segolène. je préfère une femme qui déclare vouloir la gratuité du permis de conduire pour les jeunes et le faire vraiment une fois élue, à la promesse de quelqu'un d'éradiquer le chomage et finir son mandat avec plus de 3 millions de chomeurs ( ils étaient 1 million au début de son septénat en 1981). evidemment, lui, avait une vision.............
    j'en ai marre des politiques qui ont des visions et qui veulent changer le monde et qui ne font rien une fois élus. je veux voter pour quelqu'une qui passe à la pratique. vive segolène présidente!

    Posté par tom_bouctou, 17 avril 2006 à 01:42
  • ixien

    quand vous évoquez " l'inverse ", concernant les inégalités (avérées et illégales) dans le traitement des deux genres, vous pensez à quoi ? des hommes moins bien payés que des femmes? (révolution !)

    des hommes battus? (2% des personnes battues par leur conjoint sont des hommes. c'est ça l'inverse ? c'est peu, surtout si on considère que certains de ces 2% sont aussi battus par des hommes, leur conjoint)

    n'oublions pas que les luttes féministes ne sont pas des luttes à tendance "inversion des rôles et domination de l'homme par la femme", mais bien une vision égalitaire et indifférenciée des humains quelques soient leur sexe et meme leur sexualité

    Posté par polstore, 19 juin 2006 à 12:30

Poster un commentaire