Ségolène 2007 - 2012

I blog, you blog, she Blogs




30 avril 2007

Pauvres électeurs de Bayrou

Pauvres électeurs de Bayrou !

On pourra dire que les électeurs de François Bayrou se seront bien fait avoir dans le marché de dupe qui leur a été proposé pour le premier tour de l’élection présidentielle de 2007. Alors qu’ils croyaient voter pour un renouveau politique, pour un véritable changement des mentalités, pour un dépassement du traditionnel clivage droite – gauche , ils peuvent s’apercevoir maintenant qu’ils ont été manipulés par une bande de députés UDF à la moralité douteuse et à la lâcheté politique certaine.

Je ne parle pas de François Bayrou, dont j’ai la naïveté de croire à l’authenticité et à la bonne foi, mais de son entourage de crapules, qui s’empresse de rejoindre le giron de l’UMP qu’il n’avait quitté que virtuellement, le temps d’un premier tour. Quelle belle unanimité ! Vingt députés déjà, sur vingt-neuf se sont ralliés à Nicolas Sarkozy, au plus grand mépris de la pluralité de la sensibilité politique de leurs électeurs, au plus grand mépris, pour certains, de leur candidat, car n’attendant même pas qu’il se prononce publiquement sur ce qu’il convenait de faire pour le second tour, pour se prononcer.

On assiste là au plus bel exercice de lâcheté politique, de veulerie et de manque de moralité. Lâcheté, car leur motivation n’a rien de grande. Il s’agit de préserver leur chance de garder leur siège de député lors des prochaines législatives, les menaces de l’UMP touchant en plein cœur ces médiocres du paysage politique. Veulerie, pour le manque de convictions sincères, l’absence de combativité à défendre des idées auxquelles ils n’ont en fin de compte jamais crues. Manque de moralité, pour cette absence de respect envers leurs électeurs, pour cette allégeance méprisable à Nicolas Sarkozy, que leur candidat n’a pourtant pas épargné tout au long de la campagne. Ils sont les véritables fossoyeurs de ce qui aurait effectivement pu changer le visage de la politique en France. Ils n’en sortiront pas grandis et je ne parierai pas une thune sur leur réélection. Car contrairement à eux, je ne pense pas que leurs électeurs soient stupides et qu’ils auront en mémoire la manière dont ils ont été bernés.

Ce qu’ils avaient à faire était pourtant simple, leur candidat le leur a indiqué : s’abstenir d’indiquer leur ralliement pour tel ou tel candidat car tout autre résultat qu’une égalité de ralliement entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy, n’aboutit qu’à dénoncer une supercherie. Et c’est bien ce dont il s’agit. A quoi assistons-nous aujourd’hui ? Sept millions d’électeurs se partageant entre Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy et l’abstention, avec un léger avantage pour Ségolène Royal et soixante-dix pour cent des responsables s’étant déjà prononcés pour Nicolas Sarkozy et aucun pour Ségolène Royal… Où est passée la pluralité des sensibilités ? Où est passé le respect des électeurs ? Ainsi, l’UDF n’était qu’un sous-marin de l’UMP, destiné à capter une partie de l’électorat de gauche. J’imagine que maintenant, ces peu scrupuleux députés espèrent que l’électorat va les suivre dans leur ralliement pour que leur « mission » soit réussie.

Quand est-il du parti démocrate que vient de lancer François Bayrou ? Je gage qu’il va bien vite tomber dans la confidentialité. D’ailleurs, la déclaration de notre incapable ministre de l’éducation nationale, Gilles de Robien, m’incite à penser qu’il y retournera très, très vite. L’encombrant leader aux idées qui, au fond, dérangeaient les élus de son parti, va se retrouver seul, car ces mêmes élus ne le suivront pas. Quant à ses électeurs, ils auront en mémoire la manière dont ils se sont fait avoir. Le clivage gauche – droite a encore de beaux jours devant lui.


Posté par Numa à 08:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire