Ségolène 2007 - 2012

I blog, you blog, she Blogs




07 mai 2007

Nous sommes lundi

Et je n'ai pas mal au cul, ni à la tête.
Je pleure un peu c'est vrai.
Surtout de voir le carré des Champs Elysées, via le Fouquet's, oreilles blessées par la revenante de Mireille Matthieu, un nain qui lève les deux pieds comme il peut, et que l'on dit être mon président, sauf que non, je n'en veux pas, pas plus maintenant qu'avant.
Mais que peut être, pour une fois, je vais continuer à dire NON.
A ta médiocratie.
A ta conception bien personnelle des réussites et du pouvoir qui durent depuis plus de 15 ans.
Peut-être que les autres n'ont pas vu, les pov ouvriers à qui tu parlais de palabres ou de bavasseries dans de grands hôtels parisiens, ceux-là mêmes dont tu te fais l'hôte triomphant aujourd'hui.
A ta mafia omnipotente, tous ceux que tu peux acheter et qui ne sont rien sans toi.
Un vrai Lundi quoi!
Un lundi de France.
L'âme en berne mais la queue levée.

Posté par miniquiche à 00:44 - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    Nous sommes lundi en démocratie

    Bonjour

    Je suis surpris par tant de morgue pour les électeurs.

    On peut tout dire mais notre défaite et malheureusement claire. Nous n'avons pas su présenter un projet cohérent et le TSS était surement une "connerie".

    On ne gagne et on ne bâti pas sur la haine de l'autre, surtout quand on se revendique de valeurs comme les notres.

    Maintenant place au gagnant et au boulot pour dans 5 ans si nous voulons que ca change.

    Ne nous complaisons pas dans la critique stérile mais faisons uen petite autocritique (cela fleur bon les années 70 , non ?) afin que nous conprenions nous aussi que le monde change et que le changement doit etre plus que simplement cosmétique !

    Posté par asterger, 07 mai 2007 à 08:02
  • Je pleure aussi et il faut bien ce dir que quasiment un fraçais sur deux pleure ce matin.

    Il nous ont eu...risque-t-on un nouveau directoire?

    En signe de protestation je vais mettre un ruban noir sur l'antenne de ma voiture. Si vous n'avez pas de voiture mettez un ruban noir sur votre velo...

    Ne perdons pas espoir, restons soudez et ne nous laissons manger par ce cannibale SARK

    Posté par la tortue, 07 mai 2007 à 10:37
  • HEXAGONE

    Ils s'embrassent au mois de Janvier,
    car une nouvelle année commence,
    mais depuis des éternités
    l'a pas tell'ment changé la France.
    Passent les jours et les semaines,
    y a qu'le décor qui évolue,
    la mentalité est la même :
    tous des tocards, tous des faux culs.

    Ils sont pas lourds, en février,
    à se souvenir de Charonne,
    des matraqueurs assermentés
    qui fignolèrent leur besogne,
    la France est un pays de flics,
    à tous les coins d'rue y'en a 100,
    pour faire règner l'ordre public
    ils assassinent impunément.

    Quand on exécute au mois d'mars,
    de l'autr' côté des Pyrénées,
    un arnachiste du Pays basque,
    pour lui apprendre à s'révolter,
    ils crient, ils pleurent et ils s'indignent
    de cette immonde mise à mort,
    mais ils oublient qu'la Karcherine
    chez nous aussi fonctionne encore.

    Etre né sous l'signe de l'hexagone,
    c'est pas c'qu'on fait d'mieux en c'moment,
    et le roi des cons, sur son trône,
    j'parierai pas qu'il est all'mand.

    On leur a dit, au mois d'avril,
    à la télé, dans les journaux,
    de pas se découvrir d'un fil,
    que l'printemps c'était pour bientôt,
    les vieux principes du seizième siècle,
    et les vieilles traditions débiles,
    ils les appliquent tous à la lettre,
    y m'font pitié ces imbéciles.

    Ils se souviennent, au mois de mai,
    d'un sang qui coula rouge et noir,
    d'une révolution manquée
    qui faillit renverser l'Histoire,
    j'me souviens surtout d'ces moutons,
    effrayés par la Liberté,
    s'en allant voter par millions
    pour l'ordre et la sécurité.

    Ils commémorent au mois de juin
    un débarquement d'Normandie,
    ils pensent au brave soldat ricain
    qu'est v'nu se faire tuer loin d'chez lui,
    ils oublient qu'à l'abri des bombes,
    les Francais criaient "Vive Pétain",
    qu'ils étaient bien planqués à Londres,
    qu'y avait pas beaucoup d'Jean Moulin.

    Etre né sous l'signe de l'hexagone,
    c'est pas la gloire, en vérité,
    et le roi des cons, sur son trône,
    me dites pas qu'il est portugais.

    Ils font la fête au mois d'juillet,
    en souv'nir d'une révolution,
    qui n'a jamais éliminé
    la misère et l'exploitation,
    ils s'abreuvent de bals populaires,
    d'feux d'artifice et de flonflons,
    ils pensent oublier dans la bière
    qu'ils sont gourvernés comme des pions.

    Au mois d'août c'est la liberté,
    après une longue année d'usine,
    ils crient : "Vive les congés payés",
    ils oublient un peu la machine,
    en Espagne, en Grèce ou en France,
    ils vont polluer toutes les plages,
    et par leur unique présence,
    abîmer tous les paysages.

    Lorsqu'en septembre on assassine,
    un peuple et une liberté,
    au cœur de l'Amérique latine,
    ils sont pas nombreux à gueuler,
    un ambassadeur se ramène,
    bras ouverts il est accueilli,
    le fascisme c'est la gangrène
    à Santiago comme à Paris.

    Etre né sous l'signe de l'hexagone,
    c'est vraiment pas une sinécure,
    et le roi des cons, sur son trône,
    il est français, ça j'en suis sûr.

    Finies les vendanges en octobre,
    le raisin fermente en tonneaux,
    ils sont très fiers de leurs vignobles,
    leurs "Côtes-du-Rhône" et leurs "Bordeaux",
    ils exportent le sang de la terre
    un peu partout à l'étranger,
    leur pinard et leur camenbert
    c'est leur seule gloire à ces tarrés.

    En Novembre, au salon d'l'auto,
    ils vont admirer par milliers
    l'dernier modèle de chez Peugeot,
    qu'ils pourront jamais se payer,
    la bagnole, la télé, l'tiercé,
    c'est l'opium du peuple de France,
    lui supprimer c'est le tuer,
    c'est une drogue à accoutumance.

    En décembre c'est l'apothéose,
    la grande bouffe et les p'tits cadeaux,
    ils sont toujours aussi moroses,
    mais y a d'la joie dans les ghettos,
    la Terre peut s'arrêter d'tourner,
    ils rat'ront pas leur réveillon;
    moi j'voudrais tous les voir crever,
    étouffés de dinde aux marrons.

    Etre né sous l'signe de l'hexagone,
    on peut pas dire qu'ca soit bandant
    si l'roi des cons perdait son trône,
    y aurait 60 millions de prétendants.

    Posté par Eric Cartman, 07 mai 2007 à 13:29
  • VICTOIRE

    “Avec l’élection de Nicolas Sarkozy, la France amorce un tournant néoconservateur de la même nature que celui qu’ont connu en leur temps la Grande-Bretagne de Margaret Thatcher, l’Amérique de Ronald Reagan, l’Espagne de José Maria Aznar ou encore l’Italie de Silvio Berlusconi.”
    Thierry Wolton, Le Figaro, 7 mai 2007

    “Nicolas Sarkozy ne sera pas George Bush. La France veut une révolution néoconservatrice, mais ne veut pas suivre le modèle qui l’a inspirée. Elle désire retrouver son propre génie en se réappropriant une maîtrise de son destin, comme l’ont fait les néoconservateurs américains avec leur propre destin.”
    Michel Guénaire, Le Figaro, 7 mai 2007

    “L’affolement qui gagne les dépositaires de la bonne conscience illustre leur désarroi devant la révolution néoconservatrice qui, portée par les Français, traverse la société.”
    Ivan Rioufol, Le Figaro, 23 avril 2007

    VICTOIRE ! VICTOIRE ! VICTOIRE ! VICTOIRE ! VICTOIRE ! VICTOIRE !VICTOIRE ! VICTOIRE ! VICTOIRE ! VICTOIRE ! VICTOIRE ! VICTOIRE !VICTOIRE ! VICTOIRE ! VICTOIRE ! VICTOIRE ! VICTOIRE ! VICTOIRE !

    http://leblogdrzz.over-blog.com

    Posté par drzz, 07 mai 2007 à 17:33
  • Rions avant la victoire

    Un rappel sur Nicolas et sa tribu de winners :
    http://lablaguerie.blogspot.com/2007/05/le-gouvernement-sarko-v10-en-exclusivit.html
    biz

    Posté par Brisefer, 07 mai 2007 à 21:29

Poster un commentaire